Avec Clara, Arthur et Roselène, le sport rend vraiment plus fort !

Réunis par M24, 250 élèves se sont retrouvés au Vélodrome pour parler des vertus du sport qui permet de surmonter les difficultés de la vie. Ils sont repartis gonflés à bloc après avoir entendu des témoignages incroyables de champion(ne)s.

Le célèbre pédopsychiatre Marcel Rufo en a entendu des vertes et des pas mûres en 50 ans de carrière. Il sait tout des raisonnements adolescents. Pourtant, il n’en est toujours pas revenu de la spontanéité généreuse des 250 jeunes Marseillais qu’il avait face à lui mardi dernier, dans les salons de l’Orange-Vélodrome !

Rassemblés par notre association et sa présidente Muriel Pruvot, avec OM Fondation et le soutien de Sodexo, pour discuter du thème « Comment le sport nous rend plus forts », ces collégiens et lycéens sont venus de 8 établissements et des quatre coins de la ville (Capelette, La Viste, Cabucelle, Saint-Giniez, Saint-Mauront, Castellane, Le Camas…). Face à eux, 3 médecins – le Pr Rufo donc, la Pr Brigitte Chabrol et le Dr Hervé Collado – et deux sportives de haut niveau, la championne de France de natation handisport Clara Mattei, et la footballeuse professionnelle de l’OM Roselène Khezami. Ces dernières ont capté toute la lumière.

Le message d’Arthur, triple médaillé d’or paralympique

Et puis il y avait un bonus à ce plateau d’invités : la présence en visio du triple champion paralympique de ski, Arthur Bauchet. Depuis le Japon, le Varois leur a adressé un message émouvant. Victime d’une maladie qui provoque la dégénérescence musculaire, chacune de ses descentes peut se terminer en crise douloureuse qui arrache des cris au slalomeur, avec les jambes qui vibrent de manière incontrôlable et violente, comme les élèves ont pu le constater sur un reportage.

Celle qui l’a soigné à l’hôpital de la Timone, la professeure Brigitte Chabrol, a témoigné de son courage et malheureusement confirmé qu’il n’y aurait pas de rémission. Un jour, peut-être proche, Arthur Bauchet ne pourra plus skier car ses jambes ne le porteront plus. « Déjà aujourd’hui il se déplace souvent en fauteuil. Mais il a un moral et une volonté incroyables et toute l’équipe de l’hôpital est étonnée et admirative de ce qu’il réussit. » Question d’un garçon : « Mais il ne risque pas de se faire très mal s’il tombe ? » Réponse de la médecin : « Pas plus que n’importe qui. Et je ne suis pas inquiète, il a une musculature qu’aucun de vous n’a, sinon il n’y arriverait pas.« 

Clara, amputée des jambes à l’âge de 9 mois

Le décor était planté pour l’intervention de Clara Mattei. La nageuse marseillaise qui s’est présentée en fauteuil roulant a embarqué toute la salle avec elle. Simplement, elle a raconté sa joie de vivre, de nager, de rencontrer d’autres sportifs et elle s’estime chanceuse de participer aux compétitions.

Une vague d’émotion parcourt l’assistance lorsqu’elle raconte qu’elle a dû être amputée des deux jambes au-dessus des genoux à l’âge de 9 mois à cause d’une maladie qui faisait que ses membres n’étaient plus irrigués aux extrémités. Les doigts ont suivi peu après, la paume de la main est partie également. Les avant-bras sont couturés de cicatrices. Les jeunes spectateurs imaginent les souffrances, se demandent combien de fois on l’a opérée. Ils sont stupéfaits. Aucun pathos chez Clara cependant, elle les fait même rire.

Dispensée de sport car handicapée !

« A l’école, j’étais dispensée de sport, lâche-t-elle. Je pouvais aider les profs à porter les ballons, c’est tout, ou à installer les filets de volley mais je n’y arrivais pas, j’étais trop petite. » Clara a été mise sur la touche des terrains de sport durant toute son adolescence à cause de son handicap.

Alors les questions fusent : « Vous n’êtes pas triste ? » Réponse : « Pouquoi serais-je triste ? Je suis heureuse de pouvoir nager. » « Vous avez toujours accepté votre handicap ? » « A l’adolescence je cachais ma main gauche, puis je l’ai acceptée. » Clara confie qu’au lycée, c’était plus facile qu’au collège, question de maturité des élèves peut-être.

La malice de la nageuse

« Vous n’êtes pas désavantagée quand vous nagez contre des personnes qui ont leurs jambes ? » « Ces concurrents ont en effet leurs jambes mais il ne peuvent pas s’en servir pour se propulser car elles ne fonctionnent pas, du coup c’est un avantage de ne pas avoir de jambes, on tourne plus vite au bout du couloir dans la piscine et ça me permet de gagner. Il n’y a pas que des désavantages à n’avoir pas de jambes ! » lance malicieusement la championne de France.

Les questions sont cash, les médecins s’en amusent tout en louant la spontanéité des élèves. « Et si on vous proposait d’avoir des jambes normales ? » « Je dirais non ! Mes jambes sont très bien. Je garde mes petites prothèses et mes petits moignons ! » Applaudissements et éclats de rire dans la salle, grand sourire de Clara. Le public est conquis.

Nouvelle opération pour supporter ses prothèses

Pour ces adolescents, il est alors bien évident que le sport rend plus fort. Car la Marseillaise qui travaille à l’Hôpital Européen leur confie qu’elle s’est mise tardivement à la natation, qui lui a prodigué de grandes joies : déjà 2 titres de championne de France en 2022 et 2023. Elle se projette vers les Jeux Olympiques 2028 à Los Angeles. Car pour Paris 2024, c’est cuit : depuis cinq mois Clara est en rééducation dans un centre spécialisé à Hyères, dans le Var. Clouée sur son fauteuil.

Elle a dû subir une intervention chirurgicale délicate à l’hôpital de la Conception pour réadapter ses moignons à ses prothèses. C’était devenu trop douloureux, elle ne pouvait plus marcher. Le combat n’est pas encore gagné, mais rien n’arrête Clara. « J’espère rentrer chez moi en avril. » Sept mois de galère pour espérer se passer du fauteuil… Sans se départir de sa bonne humeur.

« Votre génération est plus accueillante que les précédentes »

Le pédopsychiatre Marcel Rufo est subjugué par l’échange. « Votre génération est nettement supérieure aux autres dans la relation au handicap. Vous êtes une génération nettement plus sympathique et accueillante que les précédentes ! » Avant d’ajouter un bémol qui s’adresse à la société française toute entière : « Il reste le handicap cognitif difficile à intégrer. Mais il y a toujours des petites victoires d’une ou deux heures, c’est aussi bien que des médailles olympiques. J’ai vu des enfants autistes apprendre à lire à 30 ans.« 

Roselène, exilée à 14 ans

Installée à côté de Clara, voilà une autre sportive que pas grand-chose ne stoppe : c’est Roselène Khezami, 22 ans, footballeuse à l’Olympique de Marseille. Blessée au pied, elle est venue témoigner de son parcours et du sport qui a transfiguré sa vie. Native de la cité phocéenne, elle a dû quitter ses parents à l’âge de 14 ans pour rejoindre un centre de formation. « C’était dur, j’ai quitté ma zone de confort.« 

Elle a déjà fait 3 saisons à Saint-Malo en D2 et une autre à Orléans. « Ce n’était pas évident à 17 ans d’avoir à gérer son appartement, de se faire à manger, de faire ses lessives, et de ne pas voir sa famille restée à 1200 km. » Puis cette confidence en forme de regret : « Je n’ai pas beaucoup d’amies, parce que quand on joue à un haut niveau, on s’entraîne, on ne sort pas, les écarts sont interdits. Tes amies, c’est ton équipe en fait. »

« Hargneuse, moi ? Non, marseillaise ! »

Roselène a pu rejoindre son club de coeur – l’OM – en juillet dernier et revenir habiter chez ses parents. Objectif : la montée en D1 cette saison. Enorme cerise sur le gâteau, l’arrière latérale devrait jouer la Coupe d’Afrique des Nations l’été prochain sous le maillot de l’Algérie.

« J’ai 3 nationalités, explique-t-elle devant les ados ébahis. Je suis algérienne par ma mère, tunisienne par mon père et je suis française. » Question de votre serviteur : « On dit que vous avez un caractère hargneux sur le terrain, c’est vrai ? » Réponse du tac-au-tac : « Je suis marseillaise !« 

« Je vais là où la joie me mène »

On terminera la conférence avec cette question d’une lycéenne adressée à Clara Mattei : « Où trouvez-vous la force de vous battre ? » Clara : « Je ne me bats pas. Je vis comme toi. Je vais là où la joie me mène. » Comme en ce jour de juin dernier où elle vint nager avec 140 enfants réunis par M24 au Cercle des Nageurs de Marseille (photo ci-dessus).

Mardi soir, dans les salons du Vélodrome, avant de reprendre le car pour retourner dans leurs quartiers, la joie était dans les sourires des filles et des garçons venant prendre la pose à côté de Clara et Roselène. Ce 13 février fut un jour merveilleux pour nos 250 élèves, leurs professeurs, les chefs d’établissement et les partenaires de notre association.

Peu avant la conférence, ces derniers avaient d’ailleurs eu l’occasion d’échanger sur les actions de M24 et de se retrouver pour une mémorable photo de famille sur la pelouse du Vélodrome !

Le recteur d’académie alerte sur la santé des jeunes

La présidente de l’association Muriel Pruvot a déroulé devant les soutiens de M24 un programme ambitieux pour 2024 avec de grands rassemblements sportifs inter-établissements en avril, mai, juin et octobre, une réflexion sur l’e-sport et la poursuite de conférences de sensibilisation dans les écoles.

Une initiative saluée notamment par Michèle Rubirola, première adjointe à la mairie de Marseille, Hervé Liberman, président du Comité régional olympique et sportif, et le recteur d’académie en personne, Bernard Beignier. Il a rappelé l’impérieuse nécessité d’encourager les enfants à pratiquer l’activité physique afin d’endiguer la catastrophe sanitaire qui se profile en raison de la sédentarité, du surpoids et du recul effrayant des capacités cardiovasculaires des 11-17 ans qui, accrochés à leurs écrans, sortent beaucoup moins

Le président de l’OM est venu supporter les collégiennes de M24 !

Evénement ! Pablo Longoria a assisté à l’entraînement de 30 élèves dans la cour de l’établissement Saint-Charles Camas. Ces filles de la 6e à la 3e participent au programme « Avec M24, le foot donne des Elles » qui consiste à promouvoir le football féminin dans les quartiers de Marseille. Avec le soutien d’OM Fondation. Sacrée ambiance ! La preuve en vidéo.

C’est peut-être bien une première ! Le président de l’Olympique de Marseille, Pablo Longoria, s’est rendu dans la cour de l’école-collège-lycée Saint-Charles Camas (5ème arrondissement de Marseille) ce 19 décembre. Une venue qui a créé l’événement parmi les centaines d’enfants réunis autour du terrain de sport en asphalte. Bon, les enseignants et surveillants n’étaient pas en reste non plus pour l’ovationner, réclamer des autographes et échanger avec l’illustre visiteur… C’est Marseille, Bébé !

 

Ici, évidemment, tout le monde supporte l’équipe d’Aubameyang, Harit et Veretout. Pablo Longoria était donc en terrain conquis. Mais s’il a fait le déplacement depuis le siège du club à la Commanderie, c’est parce qu’il souhaitait voir la mise en oeuvre d’une des réalisations de la fondation du club.

 

L’OM engagé dans la cité avec les associations

Le projet de M24 Sport Santé, qui vise à promouvoir le football chez les collégiennes souvent exclues de ce type de sport, a justement intégré en septembre dernier le programme d’OM Fondation intitulé cOMmunauté. Il aide durant une saison une petite dizaine d’associations à développer leurs ambitions. Cet aspect social est désormais fondamental pour le club, qui s’inscrit comme un acteur de premier plan dans la ville, et pas seulement dans le domaine sportif.

« Le football permet de développer les valeurs du collectif, rappelle Pablo Longoria. Votre association réalise un travail formidable en ce sens. » A ses côtés, Ashley Clark ne perd pas une miette de l’engouement des adolescentes. La capitaine américaine de l’équipe féminine de l’OM se délecte à voir les collégiennes tout donner pour tenter de marquer sous les vivats des garçons. Une fillette prend un boulet de canon dans l’oeil, et voilà la championne qui se précipite pour la réconforter 

 

Les conseils d’Ashley Clark, la joie de Fanny Bouis

« Je suis heureuse dans cette ville« , confie la joueuse native de Caroline du Nord, qui a évolué 4 ans au Havre avant de rejoindre les bords de la Méditerranée. Dimanche dernier, elle a marqué d’un puissant tir croisé et a permis à son équipe de finir 2023 en tête du championnat. Très vite, Ashley sympathise avec les collégiennes et les entraîne aux tirs au but pendant que leur professeure, Fanny Bouis, organise les équipes qui vont s’affronter. « Après un tel événement, je m’attends à avoir beaucoup d’autres filles qui vont vouloir intégrer les équipes, sourit Mme Bouis. On se débrouillera !« 

Les experts de l’OM savourent l’engagement des élèves. Une 6ème, prénommée Aalyah, fait des étincelles balle au pied. Et c’est un arbitre officiel qui est au sifflet, en la personne d’Ilies, un garçon de seconde qui a fait de l’arbitrage sa vocation.

 

Pablo Longoria profondément ému

Bref, c’est un bel après-midi de ballon auquel ont assisté Pablo Longoria et la joueuse professionnelle (devant laquelle des dizaines d’enfants se sont mis en rang pour obtenir un autographe !).

Le président de l’OM n’a pas compté son temps pour échanger avec les jeunes et les éducateurs, comme avec le médecin du sport et vice-président de M24, Hervé Collado, ou encore le chef d’établissement Kléber Corenflos. Nous avons vu M. Longoria profondément ému face à ces fillettes enthousiastes et respectueuses, lui tendant qui son écharpe, qui un maillot ou un drapeau, pour qu’il y appose sa signature.

 

Muriel Pruvot : « Un booster pour notre projet »

« Quel moment incroyable pour nos enfants, témoigne la présidente de M24, Muriel Pruvot, qui joue à domicile puisqu’elle dirige l’école primaire de Saint-Charles Camas. C’est un booster formidable pour l’ensemble des établissements adhérant à M24 de recevoir le soutien personnel du président de l’OM. »

Cerise sur le gâteau, dès le lendemain de cette journée exceptionnelle, une nouvelle invitation est arrivée de l’Olympique de Marseille. Elle propose à toutes les équipes – une vingtaine réparties sur dix collèges – engagées dans le programme de M24 de participer à la journée Portes ouvertes du 6 mars à l’OM Campus. Une journée de « détection » des talents en herbe, pour les filles nées entre 2011 et 2017.

 

Le soutien massif d’OM Fondation

Le soutien d’OM Fondation ne s’arrête pas là. Les collégiennes pourront jouer à l’OM Campus lors du tournoi inter-établissements le 17 juin 2024. Entre-temps, plusieurs classes assisteront aux entraînements et à un match des pros, pourront visiter l’Orange Vélodrome; et 250 enfants participeront à la grande conférence sur les bienfaits du sport le 13 février prochain dans les salons du stade.

C’est tout ça, une équipe qui gagne ! Comme une bouillabaisse de toutes les bonnes volontés : celles de l’OM, des professeurs et des élèves réunies. A l’arrivée, c’est beau, c’est réussi, c’est rafraîchissant et innovant. Et forcément savoureux.

M24 organise le Challenge de Noël 2023 : « Danse avec ton sport ! »

Jusqu’au 10 décembre, M24 invite les enfants et adolescents des écoles partenaires à faire une vidéo dans laquelle ils présentent leur sport en musique. Objectif : être créatif et actif en bougeant un max ! A gagner : des billets pour voir l’OM, des montres connectées sport, des ballons, des t-shirts…

Eh, les enfants et les ados ! ça vous tente de participer au Challenge de Noël 2023 ? Et de gagner de super lots rien qu’en inventant une petite chorégraphie de votre sport préféré ?

M24 SPORT SANTE organise la 2ème édition d’un concours dénommé « Danse avec ton sport ! » du 20 novembre au 10 décembre 2023.

Seuls les élèves du CE2 à la terminale des établissements scolaires conventionnés avec M24 Sport Santé peuvent participer à ce concours. 

1 minute pour présenter ton sport préféré

Ce challenge, organisé avec le soutien du spécialiste de l’impression RISO France, demande aux élèves (seul, à deux ou par groupe de 3 élèves maximum) de faire une vidéo sous forme de chorégraphie pour présenter leur sport préféré. Cette vidéo d’une durée d’1 minute devra être envoyée au plus tard le 10 décembre 2023 à l’adresse mail de M24 : contact@m24sportsante.fr

Lors de l’envoi de la vidéo, il est impératif d’indiquer les noms et prénoms des élèves, la classe et l’établissement scolaire. 

Lutter contre la sédentarité, améliorer sa santé

Le jury présidé par Muriel Pruvot, présidente de M24 Sport Santé, et le docteur Hervé Collado, médecin du sport et vice-président de M24, sera composé d’enseignants et de sportifs. Ils seront attentifs à la valorisation du sport choisi et à l’énergie déployée pour le donner à voir. Car l’objectif de l’association ne change pas : lutter contre la sédentarité et favoriser la pratique de l’activité physique pour améliorer sa santé.

La liste des gagnants sera communiquée le 18 décembre aux chefs d’établissement, qui informeront leurs élèves lauréats. Les prix leurs seront remis par leurs enseignants. Une compilation des vidéos lauréates sera diffusée sur le site M24sportsante.fr et les réseaux sociaux.

Gagne des montres, des places de match, des ballons…

Détails des lots : Montres connectées sport, places de match en ligue 1 de l’OM, tee-shirts, places pour un match de hockey « Les Spartiates », ballons de basket, gourdes, casquettes, goodies OM, Cercle des Nageurs, Spartiates et RISO, etc.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations à l’adresse suivante : contact@m24sportsante.fr

120 minots de M24 sautent dans le bain… olympique !

C’est une aventure hors du commun qu’ont pu vivre ces élèves durant un après-midi : nager dans le bassin des champions olympiques et à leur tour remporter des coupes.

« Waouh ! C’était trop bien ! » Clélia est rayonnante. Et pas peu fière ! Cette élève en 3ème à l’institution Vitagliano-Apprentis d’Auteuil de Marseille n’avait pas mis un orteil dans une piscine depuis un an. Mais là, elle vient de participer au relais contre la championne de France handisport 2023, Clara Mattei. Et Clélia a réalisé un temps canon sur 50 mètres. De quoi redonner le goût de plonger !

A son image, 120 enfants du CM1 à la terminale ont participé le 20 juin au premier Relais Natation organisé par l’association M24 Sport Santé, qui fédère une douzaine d’établissements scolaires. L’objectif est de promouvoir la santé et lutter contre la sédentarité en les sensibilisant aux vertus du sport.

Lycée Notre Dame de la Viste vainqueur du relais

« A Marseille, il faut d’abord savoir nager pour sa sécurité. »

Jean Castelli, président délégué du Cercle des Nageurs

« Aider les enfants à pratiquer l’activité physique est une urgence quand on voit les dégâts provoqués sur cette génération par la sédentarité et l’obésité« , insiste Dominique Rabier, président par intérim de M24. T-shirt orange sur le dos, cet ancien chef d’établissement et prof d’EPS a arpenté le bassin de 50m en long et en large. Il savoure : « Organisation parfaite !« 

École Lacordaire, 2ème

 

C’est le Cercle des Nageurs de Marseille – partenaire de M24 depuis son lancement – qui a accueilli l’événement dans sa magnifique piscine olympique des Catalans et mobilisé ses maîtres-nageurs pour l’encadrement. « Quand on vit à Marseille, il faut savoir nager, pour profiter de la mer, mais d’abord pour sa sécurité« , soulignera le président délégué du Cercle, Jean Castelli, lors de la remise des coupes.

D’ailleurs une trentaine d’enfants ont passé à cette occasion le fameux test du savoir-nager sans lequel point de salut si on veut pratiquer des activités aquatiques. « Souvent les établissements scolaires ont du mal à avoir des créneaux dans les piscines, ici c’est l’idéal« , souligne Muriel Pruvot, cheffe d’établissement en primaire à Saint-Charles Camas et membre du conseil d’administration de M24.

Sous la conduite de Pascal, responsable des maîtres-nageurs, et de ses deux collègues Aline et Frédérique, sans oublier l’appui des bénévoles du Grand Large qui surveillent l’évolution des petits, ça plonge à tout-va. Les élèves de cours moyen sont aux anges, ils donnent toute leur énergie pour nager dans un si grand bassin.

Ibn Khaldoun, 3ème

Sous l’oeil des athlètes

Les enseignantes et les parents accompagnateurs sont eux aussi impressionnés par la majesté des lieux. Ils guettent les athlètes sculptés comme des dieux grecs qui vont démarrer leur entraînement. Plusieurs vont disputer les championnats du monde au Japon courant juillet. Puis les Jeux Olympiques en 2024.

Arrivés de la Viste (collège-lycée Notre-Dame), de la Cabucelle (collège Ibn Khaldoun), du Camas (Saint-Charles Camas), de l’école Saint-Barnabé, de Saint-Just (Ecole Lacordaire) ou de la Blancarde (Vitagliano), les enfants barbotent sous le regard amusé des cadors. Ils participent à des relais endiablés.

Chez les lycéens et collégiens, ça ne rigole pas. Finalement, La Viste coiffe Lacordaire sur le poteau, Ibn Khaldoun termine 3e devant Vitagliano. Ces jeunes ne s’étaient jamais rencontrés, et ils l’ont fait dans un remarquable esprit de fair-play.

Clara Mattei et Mélanie Hénique, 2 stars des bassins

Ils ont même nagé – et ont pu l’emporter en cadeau ! – avec le bonnet de bain frappé à l’effigie du Cercle des Nageurs; celui qui a coiffé tant de tête couronnées : Jany, Manaudou, Gilot, Wattel ou Mélanie Hénique. La championne du monde 2022 en relais 4 nages a d’ailleurs remis les trophées aux jeunes vainqueurs, en compagnie de Julien Jacquier, l’entraîneur du Cercle des Nageurs, et de Clara Mattei, la championne de France handisport qui a fortement impressionné les participants. 

L’opération sera reconduite en 2024, cela semble une quasi-certitude. Mais au nom de son partenariat, le Cercle des Nageurs pourrait également ouvrir des créneaux à destination des écoles afin que les élèves passent le test du savoir-nager durant l’année scolaire. C’est cela le triple effet M24 : prendre du plaisir, se dépasser et se former. Tout ceci grâce au sport.

En octobre, place au rugby

Prochain rendez-vous sportif pour les établissements scolaires affiliés à M24 Sport Santé: une « Coupe du Monde de Rugby des écoles » sur les terrains du SMUC en octobre. Ce sera une autre paire de manches ! Déjà une douzaine de classes ont candidaté. Moralité : il n’y a pas que le foot à Marseille !

« Je suis venu pour vous alarmer » : l’appel d’un champion aux lycéens

Les lycéens de l’ORT-Bramson à Marseille ont rencontré le joueur de water-polo multi-médaillé Alexandre Camarasa ainsi que des soignants. Ils ont décrypté ensemble leurs (mauvaises) pratiques sportives et alimentaires. Il y a du boulot ! Et de l’espoir !

Alexandre Camarasa ne passe jamais inaperçu dans une assemblée. Colosse de 2 mètres et plus de 100 kilos, il trouve en outre toujours le bon mot et le trait d’humour pour accrocher son auditoire. Mercredi 17 mai, face aux quelque 200 lycéens réunis dans le gymnase de l’ORT-Bramson (Marseille, 10e arrondissement) à l’occasion d’une conférence organisée par M24 Sport Santé, ça n’a pas raté.

« Le sport m’a rendu plus confiant et plus serein. Alors je suis venu aujourd’hui pour vous alarmer, car de moins en moins de gens font du sport. » Neuf fois champion de France de water-polo et vainqueur de la coupe d’Europe, l’ancien capitaine de l’équipe de Marseille et de l’équipe de France n’est pourtant pas ici pour faire la leçon. Il a partagé sa joie de faire du sport, comme son inquiétude personnelle. « Je suivais un régime très strict, mon seul écart c’était le dimanche avec deux petites crêpes au Nutella. Puis j’ai arrêté la compétition de haut niveau il y a deux ans et j’ai pris 15 kilos ! Quand je monte des marches, je suis essoufflé. Avant, grâce à ma discipline sportive, je pouvais déplacer des montagnes. Aujourd’hui, je suis devenu une montagne. »

Sodas : l’overdose

Alexandre s’est repris en main, poursuit le sport en équipe 2 de water-polo au Cercle des Nageurs, et a débuté un régime alimentaire. « Quand le corps va, tout va ! » Il a raconté combien il aime manger, par nature et par culture : « Je suis d’une famille italienne pied-noire. Enfant, quand à table je ne me resservais pas, ma mère appelait le médecin ! Qu’est-ce que tu as mon fils ? » L’autodérision fonctionne à plein avec ces ados.

Le message passe d’autant mieux que la classe de première (spécialité HGGSP) a réalisé, sous la conduite de sa professeure Pauline Ollier, une enquête auprès des élèves pour connaître leurs habitudes alimentaires et sportives. Le résultat n’est pas brillant comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus… Mathilde et Lilou, les deux lycéennes rapporteuses, ont brossé un tableau finalement très classique : assez peu de sport en dehors des cours obligatoires, beaucoup de sodas (55% en boivent régulièrement) et de burgers consommés, le petit-déjeuner sacrifié chez près d’un élève sur deux pour rattraper du sommeil, les repas engloutis en moins d’un quart d’heure…

Le coeur des jeunes s’est affaibli

Hervé Collado, médecin du sport et vice-président de M24, a rappelé les effets dévastateurs du mode de vie actuel qui associe sédentarité et surpoids : augmentation du syndrome dépressif, montée en puissance du cholestérol, du diabète et de l’hypertension artérielle dès l’entrée dans l’âge adulte, voire avant. « A l’arrivée, avec le développement de ces pathologies, votre espérance de vie diminue. Votre génération est la première concernée. » Avec un rappel cinglant : « Le coeur est un muscle. Parce qu’il est moins sollicité, parce que globalement vous bougez moins, il est 30% moins fort que chez les enfants d’avant les années 2000. Et les conséquences sur votre santé sont très importantes. »

Trop de sucre, un vrai poison

« On n’est pas là pour être moralisateurs, mais pour vous donner des outils« , ajoute le Dr Collado. Et ces outils, les bons conseils, c’est la nutritionniste Cécile Capdeville (clinique Saint-Martin Sport) qui les fournit. « J’adore moi aussi les burgers, les pizzas et les sodas, mais on ne peut pas manger n’importe quoi ! » Chiffres à l’appui, elle a expliqué aux lycéens la proportion hallucinante de mauvais gras et de mauvais sucre qui farcit tous ces produits. « Evitez les sodas et même les jus de fruits, l’eau est la seule boisson indispensable à notre organisme. Il y a du sucre absolument partout, notre alimentation est trop riche en glucides. » Pour la nutritionniste, l’omniprésence du sucre s’apparente à un poison pour notre organisme.

La régularité dans la prise des repas est essentielle à l’équilibre. Elle souligne l’importance du petit-déjeuner qui devrait représenter 25 à 30% des apports journaliers – « si vous n’avez vraiment pas faim, emportez de l’eau et une banane ou une pomme à manger dans la matinée, voire une barre céréalière de qualité, car votre cerveau a besoin d’énergie« . Et elle insiste sur l’intérêt d’un goûter l’après-midi (10% des apports) afin de moins manger le soir puisque, faute de se dépenser, on va stocker les graisses en dormant.

Faites comme les… Japonais !

Elle préconise 3 produits laitiers par jour, et des fruits et légumes à chaque repas. Ils apportent de bons nutriments et augmentent la sensation de satiété. « Le Japon est le pays où il y a le plus de centenaires et ce n’est pas un hasard. Ils sont à 10 fruits et légumes par jour ! » Le taux d’obésité y est très faible.

Evidemment, les questions ont fusé. Sur les sodas « light » ou « sans sucre ». Cécile Capdeville a fait la liste des additifs, les fameux E150D, E338, E951… « Tous ces produits peuvent donner des troubles digestifs et des cancers quand on en consomme beaucoup. Et on en consomme trop car les occasions de boire sont devenues nombreuses, que ce soit à la sortie de l’école, lors des apéros ou le week-end. » On pourrait ajouter l’habitude, parfois plusieurs fois par semaine, qu’ont pris nos enfants de manger au fast-food ou d’avaler un kebab arrosé de Coca.

Non aux régimes protéinés

Les boissons énergisantes ? « Préférez les boissons énergétiques« . Les régimes protéinés ? « C’est non. Avoir une alimentation équilibrée, avec de la viande blanche et peu de viande rouge, suffit« . La caféine, c’est bénéfique ? « Pas plus de 3 cafés par jour« .

A l’origine de cet échange, la cheffe d’établissement, Vanessa Zeitoun, pouvait savourer. Car elle aussi s’inquiète de l’hygiène alimentaire de ses élèves et des effets négatifs du manque d’activité physique. « Mais avec le dynamisme impulsé par notre participation à M24, on sent que les choses bougent, les comportements sont plus dynamiques. »

Rendez-vous au stade et à la piscine

En témoigne notamment l’enquête interne conduite par les lycéens à l’occasion de cette conférence. Certains ont ainsi pris conscience de la nécessité de modifier leurs comportements.

Et après la réflexion, n’oublions pas le sport ! Prochains rendez-vous les 25 et 26 mai pour le Grand Relais M24 sur le stade Delort, puis le 20 juin au Cercle des Nageurs pour le relais natation. Le collège-lycée de l’ORT y participera en nombre !

Il faudra être en forme. Chacun sait dorénavant comment se préparer, sans forcer, en mangeant modérément, équilibré, et en bougeant un peu tous les jours. C’est pas sorcier !

M24 Sport Santé et Sports Elite Jeunes lancent un concours avec de nombreux lots à gagner !

M24 SPORT SANTE organise un concours dénommé : DANSE AVEC TON SPORT du 15 mai au 15 juin 2023.

Seuls les élèves du CM1 à la terminale des établissements conventionnés avec M24 Sport Santé peuvent participer à ce concours. 

Ce challenge demande aux élèves (seul ou par groupe de 3 élèves maximum) de faire une vidéo sous forme de chorégraphie pour valoriser leur sport préféré. Cette vidéo devra être envoyée au plus tard le 15 juin 2023 à minuit à l’adresse mail de M24 : contact@m24sportsante.fr

Lors de l’envoi de la vidéo, il est impératif d’indiquer les noms et prénoms des élèves, la classe et l’établissement. 

La liste des gagnants sera communiquée le 20 juin à midi. Les vidéos lauréates seront diffusées sur les sites M24sportsante.fr et Sports Elite Jeunes et leurs réseaux sociaux. Les gagnants seront informés et les prix leurs seront remis par leurs enseignants.

Détails des lots : Montres connectées, places de match en ligue 1 de l’OM, tee-shirts, places pour un match de hockey « Les Spartiates », etc.

Pour les élèves de primaire, pour valider l’inscription de votre enfant à ce défi, nous vous demandons de bien vouloir compléter l’autorisation ci-dessous 

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations à l’adresse suivante : contact@m24sportsante.fr

A vos vidéos !

 

 

Les élèves de Lacordaire dans le bain olympique : un sacré reportage !

Ils l’ont fait ! Trois élèves du lycée Lacordaire à Marseille ont pu assister à l’entraînement des athlètes du Cercle des Nageurs de Marseille, dans le cadre de la formation aux médias que propose M24 Sport Santé.

Manon Tribouillard, Etienne Bravo et Jules Pelissier ont suivi durant trois heures ces filles et garçons qui seront peut-être médaillés aux JO de Paris 2024. Leur reportage est magnifique. Il donne envie d’enfiler un maillot de bain pour cultiver un corps de rêve. Plongez avec eux, avec nous, dans le bassin olympique du Cercle des Nageurs… Bienvenue dans le grand bain du sport de haut niveau !

Faire du sport booste la réussite scolaire

Trop d’élèves arrêtent la pratique sportive à cause des devoirs. C’est une erreur fondamentale. Le sport permet de développer le goût de l’effort propre aux études et il procure un bienfait irremplaçable. On en a discuté avec les élèves de l’Ecole de Provence et Sports Elite Jeunes.

Les chercheurs en conviennent : la pratique sportive favorise la réussite des élèves. Par le bien-être qu’elle procure via la sécrétion d’endorphines, l’évacuation du stress, la confiance en soi qu’elle génère, ou encore le goût de l’effort ainsi cultivé. L’éducation physique et sportive réhabilite l’effort au centre des apprentissages, et cela vaut pour toutes les matières scolaires.

Trop de devoirs, ciao le sport : mauvais choix !

Et pourtant ! Bien des collégiens et lycéens stoppent la pratique du sport le mercredi et le week-end, comme l’ont confirmé les élèves de première de l’Ecole de Provence (Marseille 8e) ce mercredi à l’occasion d’une conférence sur le sport et la santé des jeunes, organisée par M24 et Sports Elite Jeunes. « Nous n’avons pas le temps en raison du grand nombre de devoirs ! » se sont écrié presque d’une seule voix les quelque 180 filles et garçons.

« Mauvais choix ! » a répondu Manon Sadoun, interne en médecine à Marseille, en voie de spécialisation en médecine du sport. Lancée dans des études très exigeantes vers une carrière, que plusieurs des élèves présents espèrent rejoindre dans un an au terme de leur Bac, la jeune femme s’est confiée : « Quand on se retrouve en situation de désarroi comme j’en ai connue dans mes études, le sport aide à surmonter les difficultés. Pour moi, cela a été déterminant.« 

Vive les « hormones du bonheur » !

Elle a également expliqué comment une bonne musculature aide au fonctionnement général des articulations, en évitant de trop les solliciter. Manon Sadoun leur a également parlé des « hormones du bonheur », les fameuses endorphines sécrétées par le cerveau à la suite, par exemple, de la pratique d’une activité physique. Vous savez, cet état un peu planant atteint durant les heures qui suivent une bonne sortie à vélo ou une grosse rando…

Elles procurent du plaisir en raison de leur action anxiolytique, antalgique et relaxante. D’ailleurs, même la cheffe d’établissement de Provence a confié à ses élèves s’astreindre à faire du sport malgré une charge de travail phénoménale : « J’en ai besoin pour m’aérer, je sais que c’est essentiel », avait lancé Marie-Pierre Chabartier en guise d’introduction à la conférence.

« Société de la flemme »

A la question de prendre le temps de bouger même quand on est assommé de devoirs, une élève a interrogé : « On aimerait bien faire ce que vous préconisez, mais comment est-ce possible quand on a 8 heures de cours d’affilée ? » Mme Sadoun a répondu en invitant les élèves à profiter des récrés pour marcher au lieu de rester statiques dans la cour, soulignant que chaque mouvement, même le plus anodin, est bénéfique : pas d’ascenseur mais les escaliers systématiquement, accomplir à pied une partie du trajet pour venir à l’école le matin (« sortez une station de métro avant »)…

Pas facile de porter ce message quand on baigne dans ce qui devient une « société de la flemme« , comme la qualifie Maxime Travert, enseignant-chercheur à la Faculté des sciences du sport de Luminy (Aix-Marseille Université), auteur de plusieurs études sur la pratique sportive des collégiens et lycéens des Bouches-du-Rhône et que nous avons rencontré en début de semaine. Ses données ont servi à alimenter le débat à l’Ecole de Provence. Il constate d’année en année une baisse accélérée et parle même de « décrochage sportif« .

La pratique sportive recule fortement chez les ados

A tel point que seuls 13% des 11-17 ans réalisent au moins une heure d’activité physique quotidienne d’intensité modérée, en phase avec les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. Donc 87% des adolescents n’en font pas assez pour cultiver une bonne santé ! La France se classe 22e sur 25 pays européens.

Dans les Bouches-du-Rhône en 2001, 79% des 13-19 ans pratiquaient une activité sportive au moins une fois par semaine. En 2015, ce taux avait reculé à 65,8%, avec une baisse plus marquée chez les filles que chez les garçons, encore plus nette chez les filles issues de milieux sociaux défavorisés. Seule 1 fille sur 2 d’origine modeste faisait du sport au moins une fois par semaine, quand on atteint 2 sur 3 dans les familles plus aisées (voir la synthèse de ces études dans un article de Libération recensant les études des chercheurs marseillais, 4/12/2019). Les statistiques seraient encore plus alarmantes pour ces dernières années.

Des stages intensifs durant les vacances

Une solution pour retrouver le goût du sport se niche peut-être dans les stages durant les vacances. C’est la spécialité de Sports Elite Jeunes, partenaire de M24 dans sa démarche pour le développement du sport au profit des scolaires. Loris Dalla Riva et Elsa Bousquet ont présenté les stages de l’été prochain pour les 6-17 ans, intensifs avec 6 heures par jour de foot, basket, handball, tennis, volley et même moto-cross, soit une quinzaine de disciplines, ou bien à variante sportive le matin et ludique l’après-midi. La formule associant sport et e-sport a par exemple séduit plusieurs lycéens ce mercredi.

Enfin, la partie de la conférence sur l’alimentation a également accroché les ados. Manon Sadoun a insisté sur les spécificités liées à cet âge : besoins supplémentaires en fer, magnésium, vitamines, protéines, d’où la nécessité de bien se nourrir pour bien grandir et donc… bien étudier !

Le Cercle des Nageurs : En route pour les JO !

Le Cercle des Nageurs de Marseille se prépare à de grandes échéances à venir. Les Jeux Olympiques arrivent à grand pas, et le chemin est non sans baïnes et courants d’arrachement. Il est grand temps de se mettre à mal pour peut-être connaître la joie intense de la victoire. Nous étions, accompagnés des élèves de l’Ecole Lacordaire, les invités exclusifs de cette route vers les sommets. Découvrez tout ce qui s’est passé… Play !